-

Dans les années 1980, un groupe d’amis se réunit autour des frères Hantaï (Pierre, Marc et Jérôme) pour pratiquer le répertoire baroque en s’appuyant sur les recherches musicologiques alors en plein essor. En 1986, ils suivent les cours d’interprétation donnés par Frans Brüggen à Radio France, et décident alors de prendre le nom de Concert Français. Parmi ces musiciens, on peut citer François Fernandez, Florence Malgoire, Ryo Terakado, Ageet Zweistra, Simon Heyerick ou Jean-Michel Forest, qui participent régulièrement aux concerts de l’ensemble.

Ensemble à géométrie variable, Le Concert Français se voue d’emblée à l’interprétation du répertoire concertant du XVIIIe siècle, notamment la musique de Jean-Sébastien Bach, privilégiant la transparence des textures et l’éloquence qui en découle, grâce à des effectifs légers.

Rapidement, Le Concert Français est convié à donner de nombreux concerts : Festival de Lille, Festival de Montpellier (dans les Quatre Saisons de Vivaldi), les concerts de Radio France à l’église Saint-Germain-l’Auxerrois, Salle Gaveau à Paris etc. En 1995, Le Concert Français est invité à la soirée d’inauguration de la Fondation Barillé à La Corogne en Espagne, et se produit en présence de la Reine d’Espagne.

Récemment, Pierre Hantaï a souhaité donner à l’orchestre un nouveau visage : au départ ensemble de solistes, Le Concert Français se fait orchestre (près d’une vingtaine de musiciens, conduits par la remarquable 1er violon Amandine Beyer), deux concerts à La Roque d’Anthéron en 2004 consacrant sa renaissance. Le Concert Français nouvelle manière a rapidement conquis les salles et festivals les plus prestigieux : Cité de la Musique, Théâtre du Châtelet et Salle Gaveau à Paris, Festival de La Roque d’Anthéron, les Folles Journées de Nantes et Tokyo, L’Arsenal de Metz, le Palais des Beaux Arts à Bruxelles, le Festival de Regensburg en Allemagne etc.

Cette intense activité se traduit rapidement au disque. Chez Opus 111, des concertos pour clavecin de Mozart et des concertos de Corelli reçoivent un accueil unanime de la presse spécialisée. Un peu plus tard, des concertos pour clavecin de Bach chez Astrée-Auvidis accroissent encore la notoriété de l’ensemble. Fin 2006, un premier enregistrement des suites pour orchestre de J.S. Bach est sorti chez Mirare.

La presse est unanime à reconnaître dans cette nouvelle phalange orchestrale un interprète hors pair du répertoire de J.S. Bach, que ce soit en tant qu’orchestre seul ou en partenariat avec des ensembles vocaux, autour du répertoire vocal du Cantor. Le Concert Français a aussi prouvé qu’il déployait les mêmes qualités dans la musique de Jean-Philippe Rameau et abordera très vite d’autres répertoires.

© DR

LES CONCERTS PARISIENS | +33(0)1 48 24 16 97 | mentions légales | Réalisation