-

C’est sans doute de sa formation multiple – chant mais aussi piano, sans oublier la philosophie – que Delphine Galou tire l’intensité de ses interprétations, grande diseuse aussi bien que musicienne élégante. Ajoutons à cela un timbre absolument unique, et l’on tient les raisons d’une carrière exemplaire.

Dès 2004, elle attire l’attention du monde musical en étant élue « Révélation classique de l’Adami » dans la catégorie Artiste Lyrique. Elle fait ainsi un passage remarqué́ aux Jeunes Voix de l’Opéra National du Rhin, où elle aborde sur scène des rôles tels que Hänsel (Hänsel und Gretel), Lucretia (The Rape of Lucretia), Mercedes (Carmen). Mais sa passion va au répertoire baroque, dans lequel elle se spécialise rapidement, nouant des collaborations fructueuses avec le « gratin » des ensembles spécialisés : Balthasar Neumann (Thomas Hengelbrock), Accademia Bizantina (Ottavio Dantone), Venice Baroque Orchestra et La Cetra (Andrea Marcon), Europa Galante (Biondi) Les Siècles (François-Xavier Roth), Les Arts Florissants (William Christie mais aussi Jonathan Cohen), Le Concert des Nations (Jordi Savall), Ensemble Matheus (Jean-Christophe Spinosi), Les Musiciens du Louvre (Marc Minkowski), Le Concert d'Astrée (Emmanuelle Haïm) et Les Talens Lyriques (Christophe Rousset).

Sans surprise, elle devient très tôt une invitée régulière des plus grandes salles internationales : Théâtre des Champs-Élysées, Teater an der Wien, Covent Garden de Londres, Staatsoper de Berlin, Philharmonie de Cologne, Opéra d’Amsterdam, Opéra de Zurich, Théâtre de La Monnaie à Bruxelles. Le monde des festivals l’accueille avec ferveur : Festival de Salzbourg, Festivals Händel à Halle et à Karlsruhe, Festival de Schwetzingen, Maggio Musicale à Florence, le Festival International de Beaune... Elle conquiert ces hauts lieux de la musique dans un répertoire fort vaste qu’elle marque de son empreinte. Vivaldi occupe une place de choix, avec Orlando furioso, Farnace ou La Verità in cimento. Händel n’est pas moins présent : The Messiah, Belshazzar, Il Trionfo del Tempo e del Disinganno, Tamerlano ou Radamisto. Delphine Galou est aussi une interprète de référence de l'Orfeo ed Euridice de Gluck, explorant volontiers des partitions moins connues, telles que Semiramide de Porpora.

Delphine Galou a récemment effectué des débuts très acclamés dans deux salles illustres : à La Scala de Milan avec le Filarmonica della Scala puis le Carnegie Hall à New York dans Aci, Galatea e Polifemo de Händel avec Le Concert d'Astrée et Emmanuelle Haïm. Elle vient d’incarner avec un vif succès le rôle d’Ottone dans L’incoronazione di Poppea à l’Opéra de Zurich, sous la direction d’Ottavio Dantone et avec une mise en scène de Calixto Bieito.

Sa discographie considérable comprend Teuzzone de Vivaldi avec Jordi Savall (Naïve), Orlando 1714 (Naïve) et Il Farnace  (Dynamic) de Vivaldi avec Federico Maria Sardelli, L'incoronazione di Dario de Vivaldi ou encore la Petite Messe Solennelle de Rossini avec Ottavio Dantone (Naïve), La Concordia dei' Pianeti de Caldara avec Andrea Marcon (DGG), San Francesco di Sales de Feo avec Fabio Biondi (Glossa), Niobe de Steffani avec Thomas Hengelbrock et le Balthasar-Neumann Ensemble (DVD Opus Arte). Citons aussi L’Enfant et les Sortilèges de Ravel avec l’Orchestre national de Lyon dirigé par Leonard Slatkin (Naxos), la Passion selon Saint Jean de Bach sous la direction de Marc Minkowski.

Est paru, il y a peu, son premier enregistrement solo, Agitata, pour Alpha Classics dans lequel elle est entourée de l’Accademia Bizantina dirigé par Ottavio Dantone, disque unanimement salué par la critique, et qui vient de remporter le Gramphone Award dans la catégorie Récital 2018. 

Avec les mêmes partenaires, elle a enregistré le rôle-titre d’ Il Giustino de Vivaldi ainsi que deux volumes de cantates sacrées et profanes du même auteur pour Naïve (parution à venir).

LES CONCERTS PARISIENS | +33(0)1 48 24 16 97 | mentions légales | Réalisation